Où va l'économie américaine?

Mis à jour : 3 févr. 2020


Pourquoi les Etats-Unis pourraient voir une croissance plus faible et une inflation plus élevée.

Les signes d'apaisement des tensions américano-chinoise ont aidé à calmer les craintes de récession qui ont saisi les marchés ces dernières semaines. Nous estimons que le risque d’une récession imminente est faible, car un soutien politique permanent, l’absence de vulnérabilités évidentes du système financier et des dépenses de consommation résilientes contribuent à prolonger l’expansion économique américaine. Pourtant, un accord commercial global entre les États-Unis et la Chine est improbable à court terme et les tensions commerciales pourraient probablement peser sur la croissance et la pression inflationniste, à notre avis. Cela pourrait nécessiter une position d'investissement plus défensive.




Les tensions commerciales mondiales grandissantes se propagent dans le secteur manufacturier américain. Cela se reflète dans la composition de la croissance du PIB américain. La contribution des dépenses en capital et des exportations nettes est devenue négative au deuxième trimestre, comme le montre le graphique. Le rythme de constitution des stocks continue d’augmenter, car les entreprises disposent de stocks plus importants que prévu. Les dépenses de consommation - qui représentent plus des deux tiers de l'économie américaine - résistent bien. L'effet de levier des ménages est limité et rien n'indique des dépenses excessives en biens coûteux tels que les voitures et les appareils ménagers. Cette dynamique ressemble à celle de 2015 et 2016, lorsque la vigueur des dépenses de consommation et du secteur des services ont compensé la contraction de la production industrielle. Cependant, il existe des différences essentielles: à l'époque, nous avons assisté à une combinaison déflationniste d'un dollar américain fort, politique trop tendue en Chine et un effondrement des prix du pétrole. Aujourd'hui, le choc est susceptible d'être inflationniste car il résulte de la perturbation des tarifs et de la chaîne d'approvisionnement.


Un mélange inconfortable


La multiplication des actions de représailles des deux pays fin août a permis d'inverser la courbe des rendements du Trésor américain (les rendements à court terme dépassent les rendements à long terme), phénomène qui a souvent précédé la récession et effrayé les investisseurs. Cependant, des forces structurelles telles qu'une surabondance d'économies mondiales suppriment les rendements à long terme, ce qui rend la courbe des rendements un signal moins fiable que par le passé. Et les rendements ont rebondi la semaine dernière sur les signes d'une approche plus conciliante des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Nous réitérons notre point de vue selon lequel les tensions entre les deux pays sont structurelles et réduisent les chances d'un accord global. Si tous les tarifs annoncés par les États-Unis et la Chine étaient appliqués, la croissance aux États-Unis pourrait être sensiblement inférieure à la tendance au cours des prochains trimestres.

Il est peu probable que l’économie américaine obtienne beaucoup d’aide du reste du monde. De nombreuses économies digèrent les retombées des mesures protectionnistes à feu rapide et la possibilité d'une nouvelle escalade des tensions commerciales. Nous voyons l'économie de la Chine ralentir encore et Pékin devrait mettre en place des mesures de relance supplémentaires pour éviter de plus grandes surprises à la baisse, mais il est peu probable que la croissance connaisse un véritable élan. L’économie de la zone euro pourrait au mieux se stabiliser, l’Allemagne étant en récession technique et une série de risques liés au Brexit demeurant importants. Aux États-Unis, l’inflation devrait se redresser grâce à l’augmentation des tarifs et à la croissance plus rapide des salaires face à un marché du travail tendu. Une combinaison d'une croissance plus faible et d'une inflation plus élevée complique les efforts de la Fed pour atteindre un emploi maximum et des prix stables. Une question clé.

Conclusion

La santé des dépenses de consommation américaines sera déterminante pour la croissance économique américaine et mondiale. Notre scénario de base indique un ralentissement de la croissance mondiale atténué par un assouplissement supplémentaire de la politique. Notre position modérée en faveur du risque - notamment une surpondération des actions américaines et une exposition aux obligations d'État en tant qu'amortisseurs de portefeuille - a bien fonctionné jusqu'à présent. Cependant, les tensions commerciales risquent de ralentir la croissance et d’accroître l’inflation - une menace potentielle pour les marchés boursiers et obligataires.

#économie #finance #betsalelelfassy #fonddinvestissement #zonebourse #lesechos

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout