Pourquoi ce n'est pas encore 2008




Un déjà vu de 2008 sur les marchés ces derniers temps?

L'épidémie de coronavirus devrait provoquer un choc économique aigu et profond semblable à celui d'une catastrophe naturelle à grande échelle. Les marchés s'inquiètent de l'impact économique, comme en témoignent les mouvements qui rappellent la crise financière mondiale de 2008. 


Mais je pense qu'aujourd'hui c'est différent. Les mesures de distanciation sociale pour lutter contre l'épidémie réduiront considérablement l'activité économique, mais ce choc ne devrait pas fondamentalement faire dérailler l'économie mondiale, à condition que les autorités fournissent une réponse de politique budgétaire et monétaire à la fois décisive et globale.



Les actions des marchés développés ont chuté de 27% depuis le sommet de février, mais ont réduit les pertes en un sprint jusqu'à la clôture de vendredi. L'ampleur de la liquidation est la même après la faillite de Lehman Brothers en 2008. Voir le graphique ci-dessus. 


La volatilité des marchés a également augmenté, la jauge VIX du marché boursier américain impliquant une volatilité implicite atteignant son plus haut niveau depuis la crise financière mondiale. 


Nous avons également observé de fortes fluctuations des titres à revenu fixe, les rendements des bons du Trésor américain ayant d'abord atteint des creux records, puis clôturé à la hausse cette semaine. Les prix du pétrole brut ont enregistré leur plus forte baisse en un jour depuis la guerre du Golfe dans un conflit entre l'OPEP et la Russie qui a empêché une action sur les réductions de l'offre. Que faudra-t-il pour stabiliser les marchés? 

À mon avis, une réponse politique décisive, préventive et coordonnée est essentielle.


L'hypothèse clé derrière ce point de vue


Les décideurs politiques agissent pour stabiliser les économies et prévenir tout resserrement des flux de trésorerie qui pourrait entraîner des tensions financières et plonger l'économie dans une crise financière.

La Fed a abaissé ses taux à près de zéro, a annoncé jusqu'à 700 milliards de dollars d'achats d'obligations et d'autres mesures pour assurer le bon fonctionnement des marchés, et a conclu des accords avec d'autres banques centrales pour mettre à disposition des financements en dollars américains. 


La Maison Blanche a débloqué plus tôt le financement des catastrophes, et le Congrès devrait adopter un projet de loi pour couvrir les soins de santé et les congés payés de certains travailleurs. Une réponse budgétaire plus importante est possible alors que le Congrès reconnaît de plus en plus que cela est nécessaire. 


Le Royaume-Uni a mis en œuvre un ensemble coordonné de mesures, notamment une baisse des taux d'intérêt de la Banque d'Angleterre et un budget incluant des secours aux secteurs touchés. Egalement des mesures similaires prises par le Canada la semaine dernière,face à la récession . 

La Banque centrale européenne a apporté un soulagement important au système bancaire au cœur du financement de l'économie de la zone euro, et plusieurs pays européens ont indiqué qu'ils assoupliraient considérablement leur politique budgétaire. Pourtant, la décision de la BCE n'était pas celle que les marchés boursiers attendaient, et les rendements obligataires de certains pays périphériques ont bondi.


Conclusion


Nous avons récemment revu à la baisse notre position sur les actifs à risque afin de les pondérer en raison des incertitudes importantes liées à l'épidémie et à son impact, y compris l'efficacité des mesures de santé publique et la durée de la menace du virus. Les fortes baisses des rendements ont encore réduit le coussin que les obligations d'État ont à offrir contre les cessions d'actifs à risque, réduisant ainsi les avantages de diversification de leur portefeuille. 


Nous préférons toujours les bons du Trésor américain aux pairs à faible rendement pour le lest de portefeuille, mais reconnaissons le risque croissant de snapbacks à partir de niveaux de rendement historiquement bas.


#betsalelelfassy #assiyacapitalpartners #assetmanagement


1 vue0 commentaire